Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
CAP cuisine&innovation

J'ai testé la restauration (un peu) haut de gamme de Puri

17 Novembre 2012 , Rédigé par capcuisineetinnovation Publié dans #Inde, #restaurant, #analyse

Consciencieusement, j'ai tenu à expérimenter la cuisine des lieux plus haut de gamme de Puri, pour me faire une idée de la différence entre la cuisine de tous les jours et quelque chose de plus élaboré peut-être.
Voilà, j'ai fini ce périple culinaire, impressions.

Aerodine, le restaurant de l'hôtel 3 étoiles du Shakti International, nouveau bâtiment avec hall et chambres bien finies, un peu cliquant mais pas trop
Dining Car, le restaurant du BNR, très vieil hôtel de style colonial qui devait appartenir avant aux chemins de fers indiens, très belle bâtisse, très beaux décors de sculpture en bois foncé à l'intérieur
Holiday Resort, complexe touristique au bord de la plage, piscine, décor un peu inspiré des outils tribaux
Mayfair, complexe touristique haut de gamme tout près de la plage, nombreuses sculptures en pierre dans le jardin qui mène au restaurant, ici on est dans du cossu ++, du bien fini, qui semble solidement réalisé (et pas avec du matériel bon marché), une jolie impression de luxe
Wildgrass, restaurant un tout petit peu en retrait des circuits touristiques, tables assez espacées dans un jardin, petit havre de paix (même si on y entend toujours les klaxons des rickshaws et voitures).

Le tableau est posé.


Dans tous ces lieux, ce qui ressort en premier, c'est que le décor est soigné. Parfois dans un style un peu trop brillant à mon goût.
Ensuite, on déjeune ou on dîne avec l'AC (air conditionné). C'est absolument superflu en ce moment mais c'est encore systématique, réglé sur un peu plus faible qu'en saison chaude peut-être mais parfois on aimerait qu'il y fasse quelques degrés de plus.
Un bon point là pour le WildGrass, où l'on peut au choix manger dans une salle avec AC ou dans le jardin sous des tonnelles.

J'ai testé la restauration (un peu) haut de gamme de Puri

Ensuite, on découvre ici un accueil soigné, très présent, peut-être un peu trop présent parfois. Mais j'ai appris qu'il faut toujours gardé un peu de nourriture dans son assiette et peut-être sa cuillère à la main, sinon l'un des « innombrables » serveurs vient à tout moment demander de vous débarrasser. Selon les cultures, on n'a pas la même notion de la qualité du service!
Tiens, dans aucun de ces endroits je n'ai vu de femme au service (ni dans les cuisines où je suis rentrées).
Dans chaque lieu, le personnel porte un uniforme propre et travaillé, d'un simple polo brodé au nom du restaurant à une veste d'une coupe un peu militaire. Ça change du marcel qui a un peu vécu et des tongs qui rusent le parquet à chaque pas (excusez le bretonnisme!)

Le menu est proposé sur un document joliment imprimé, et là sans trop de fautes de frappe (courantes dans les restaus moyens). Donc là encore présentation OK.
Les cartes (mais là comme ailleurs) sont la plupart du temps longues et on vous dira si c'est possible aujourd'hui ou pas. Pas de chance pour la Bengali Food hier, le staff de cette portion de la cuisine était en congés au Holiday Resort, donc tout n'était pas disponible.
Au WildGrass, le fonctionnement est plus axé sur le plat du jour et le conseil du maître d'hôtel, ce qui n'est pas mal pour obtenir des plats qui vont bien ensemble !

Les tables sont bien mises, le décor est soigné, les serveurs sont attentionnés, le menu est bien présenté, les assiettes vont donc être...
… étonnamment moches ou de faible qualité.
Rien de joli dans la vaisselle, quand ça ne fait pas cantine scolaire de chez nous, c'est excessivement simple.

la table du Mayfair

la table du Mayfair

Mais ce qui compte, c'est ce qu'on mange, non ?
Patience, parlons du service d'abord.

J'ai testé la restauration (un peu) haut de gamme de Puri

A part les thalis, tout le service de la cuisine indienne est un service au plat ; d'où l'intérêt de partager un repas à plusieurs, pour choisir plusieurs recettes et goûter à toutes, en picorant dans les différents plats. Enfin, ça ne ne fait trop de manger dans les plats !
Dans une restauration standard, on vous laisse vous débrouiller et vous servir dans l'assiette vide qu'on a placée devant vous ; dans la restauration un peu plus haut de gamme, un serveur vient composer l'assiette pour vous et sert chacun des convives d'un peu de tout. Après, au cours du repas, chacun se ressert, ou le serveur pourra revenir proposer de vous resservir.

Allez, une belle assiette devant soi, on peut commencer à déguster.

J'ai testé la restauration (un peu) haut de gamme de Puri

….
….
….

Pas mieux, pas mal, mais pas mieux que ce que l'on peut trouver ailleurs, pas plus fin, pas forcément des matières premières plus riches. Alors que pour nous c'est facile de repérer un restaurant haut de gamme au type de viande ou de poisson qu'on y sert, puis à la qualité de la chair dans l'assiette.
Pas sûr ici qu'on trouve des crevettes black tiger différentes entre les restaus tout simples qui longent la plage et ces restaurants haut de gamme.

Oh, je me rends compte que je suis un peu négative. J'exagère un peu. On mange bien dans ces endroits, même très bien.
Mais je n'ai pas ressenti l'étonnement, le ravissement qu'on peut avoir quand on casse un peu sa tirelire en France pour aller sans un super restaurant et que chaque bouchée apporte son lot de belles surprises.

On paie le décor, le service, la sécurité alimentaire, l'assurance de bien manger, alors que dans les petits restaus tout simples, on pense simplement à faire à manger, à vous nourrir et tant mieux si ça vous ravit le palais.

Et alors, on paie cher pour tout ça ?
Compter dans les 300 – 400 Rs par personne, sans les vins bien sûr (1 euro donne dans les 60 roupies). La plupart des restaurants ici n'en servent pas de toute façon (à part dans certains endroits où l'alcool peut être proposé littéralement sous la table par les serveurs) et il n'est pas vraiment dans les mœurs de boire du vin à table non plus.
J'ai bu plus à l'apéro donc, un verre d'un bon vin indien de Bangalore au Mayfair (8000 Rs la bouteille si je ne me trompe pas !!), quelque chose entre un vieux Bordeaux pas trop boisé, un Rivesaltes et un vin de type chilien, plein de soleil.

Ailleurs, dans le plus simple des cas, on mange un thali pour 40 Rs, et après ça monte vite dans les 100-150 Rs. Un écart conséquent donc dans le budget d'un vacancier !

à l'aérodine, l'accent est mis sur le décor, "quand les hommes iront pour le week-end sur mars aussi facilement que l'on va aujourd'hui dans un autre endroit sur terre"...

à l'aérodine, l'accent est mis sur le décor, "quand les hommes iront pour le week-end sur mars aussi facilement que l'on va aujourd'hui dans un autre endroit sur terre"...

Dining car, j'ai triché, j'ai mangé une soupe thai, coriandre et citron. pas mal.

Dining car, j'ai triché, j'ai mangé une soupe thai, coriandre et citron. pas mal.

Poisson cuit dans une feuille de bananier (frite), à l'Holiday Resort.

Poisson cuit dans une feuille de bananier (frite), à l'Holiday Resort.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article